Comment une femme de Russie ou Ukraine s’inscrit dans la vie professionnelle en France ?

Le travail et les belles femmes de France

La question de l’intégration culturelle est omniprésente dans les couples internationaux. Dans cet article nous allons discuter tout ça. Vous saurez tout sur l’appropriation culturelle et l’acculturation des femmes ukrainiennes et russes.

Un peu de statistiques sur les belles femmes de France d’origine de l’Est

Le profil des immigrés qui entrent chaque année en France a évolué au cours de la dernière décennie. Les belles femmes de France d’origine de l’Est sont plus nombreuses qu’une décennie auparavant.

En fait, les nouveaux immigrés arrivant depuis 2012 sont bien jeunes : moyenne d’âge  28 ans. Les belles femmes de France d’origine de l’Est sont majoritairement âgées entre 19 à 36 ans.

Les flux migratoires

Jusqu’au milieu des années 1970, les flux migratoires étaient majoritairement masculins. Les femmes représentaient alors 44% contre 56% hommes.

Aujourd’hui les belles femmes de France représentent des chiffres plus élevées à cause des migrations familiales. Il s’agit de femmes qui rejoignent leurs conjoints. Ce taux est alors vite passé à 58 % des flux d’entrée.

Le changement d’objectifs migratoires

A partir du milieu des années 1980, les femmes migrent de plus en plus souvent pour d’autres raisons. Elles arrivent en France pour trouver un emploi en adéquation avec leur diplôme. Les belles femmes de France d’origine de l’Est viennent aussi pour continuer leurs études universitaires. Ces évolutions ont donc affectées les flux d’entrées durant plusieurs décennies. Les femmes sont désormais majoritaires dans la population immigrée, particulièrement celles entre 20 et 30 ans.

L’apport des diplômées

63% des immigrés entrés en France en 2012 sont au moins titulaires du baccalauréat. À l’inverse, plus d’un immigrant sur deux en partance vers les États-Unis, Chine, Espagne, ou Italie possède un diplôme supérieur.

En arrivant en France, les migrants Européens sont déjà en poste fonctionnel dès la première année de leur arrivée. Pourtant en 2012, les femmes arrivées dans l’année ont moins souvent un emploi que les hommes immigrés (29% contre 52%).

Les belles femmes de France vs Taux d’emploi

Le taux d’emploi des femmes slaves augmente progressivement avec la durée de leur présence en France. Très souvent on rencontre des femmes russophones, installées en France et ayant contracté un mariage avec un Français. L’immigration russe en France s’est d’ailleurs développée depuis l’effondrement de l’URSS.

Toujours d’après les chiffres de 2012, 64% des immigrés nés en Russie installés en France sont des femmes. Ce taux atteint même 80% parmi les étudiants. Elles viennent donc pour des raisons d’études, de stages, ou pour rejoindre un conjoint.

Sur ce dernier point on peut noter que sur 100 mariages franco-russes, en moyenne, 95 réunissent un époux français et une épouse russe. Ce sont donc des femmes ayant recours aux agences matrimoniales internationales.

L’apport des associations de promotion de la culture russe.

  • Les femmes russophones représentent deux « générations » différentes. Certaines ont fuies les décombres de l’URSS : il s’agit plutôt de femmes qui ont actuellement entre 40 et 55 ans. La décision de partir est le résultat de grands bouleversements dans leur vie personnelle suite aux changements économiques et sociaux des années 1990. Toutes ont déjà constituées des familles. Certaines ont divorcées, d’autres sont venues avec ou sans leurs enfants selon les cas.
  • D’autres femmes, plus jeunes (25-40 ans) profitent de l’ouverture de leur pays vers l’étranger. Des programmes universitaires d’échanges ont été mis en place. On enregistre un redéploiement du marché de travail vers les jeunes. Le développement des nouvelles technologies favorisent aussi les rencontres à distance.

Les belles femmes de France d’origine slave se distinguent

Les femmes russes ou ukrainiennes de niveau supérieur obtiennent des heures d’enseignement dans les universités. Elles assurent des traductions diverses, elles s’investissent dans le monde associatif et bien d’autres actions.

Le nombre russophone a l’étranger donc est bien considérable. La femme russe ou ukrainienne ne se sent plus déracinée. Elle arrive à trouver des compatriotes pour s’acclimater facilement. La femme slave est bien prête au changement et à l’apprentissage. Une fille de l’Est a les compétences nécessaires pour travailler sans problème. Elle connaît déjà la langue locale ou se trouve prête à l’apprendre en quelques mois.

Si vous avez donc des questions, vous pouvez me les poser sur Facebook. Si vous n’avez pas de compte, merci de m’envoyer vos messages sur l’adresse mail support@ukreine.com. Merci beaucoup pour votre attention et à très bientôt.