Philippe, 58 ans, France

Mon voyage à Kharkov

Quand  on va vers  “l’inconnu” il y a toujours un voyage. On choisit une destination mais connait-t-on vraiment le but ?

Chacun a ses motivations quand il part aussi loin, dans un pays et une culture aussi éloignée de la sienne. Les miennes sont toujours à l’image de notre passage sur cette bonne vieille terre)) Apprendre sur soi , toujours par l’expérience de l’inconnu,  car on n’a jamais fini d’apprendre! Le problème est toujours la comparaison . Notre Ego essaie de toujours tout comparer . Avec cela soit on provoque de la frustration ou alors bien une quête impossible vers un but inatteignable… une chimère .

C’est pareil avec l’amour. Si il y a déjà une idée apriori de ce que l’on cherche,  alors on court après un mirage , une licorne )). Par contre faire confiance à son intuition profonde, savoir différencier ce qui fait partie de l’émotivité infantile qui  recherche un idéal, de la part de l’émotion ouverte, mature, tendre et inscrite dans la réalité, va peut être nous ouvrir des portes insoupçonnées; des territoires inconnus, bref ….

Kharkov ville qu’il faut prendre la peine de découvrir, de dévoiler, qui n’est pas aussi évidente que Kiev qui elle frappe tout de suite l’imagination. Kharkov se découvre, se mérite … le temps est son ami….

A ce sujet, ses habitants sont tous dans le même rythme; un rythme pas trop rapide, assez serein ou peut être un peu résigné, ou bien simplement le rythme d’un bonheur simple…  eux seuls le savent… Ils gardent en eux je crois ce mystère et c’est ce qui fait aussi leur charme . On ne peut pas vraiment les connaître complètement.

Cette part de mystère bien sur on peut la retrouver quelquefois chez les femmes ukrainiennes. Mais pas chez toutes malgré le cliché. Certaines que l’on croit mystérieuses peuvent être tristes ou résignées par la dureté de la vie. Même si des sourires vous sont facilement offerts; les ukrainiens et ukrainiennes dissimulent parfois des histoires douloureuses, surement par pudeur . C’est ce que j’aime chez eux, cette dignité, mourir oui, mais mourir debout ! ))) Ils ne se plaignent jamais …. juste ils serrent les dents ….

Alors cette manière de lutter contre la fatalité donne des gens merveilleux, lumineux, ouverts  et curieux du monde ou parfois  des êtres un peu éteints par nécessité.

Vous me direz c’est partout pareil oui bien sur,  mais pas avec la même force ni le même contraste . En Ukraine on tutoie les pôles extrêmes, opposés. La ferveur de la croyance, la curiosité, l’écoute et certaine fois une vraie profondeur d’âme. Bref tout ce que j’aime !

Voilà je ne vais pas là réécrire guerre et paix )))  mais je dirais que si vous aimez la poésie, l’histoire,  le dépaysement, l’héroïsme parfois, le stoïcisme et la gentillesse… la chaleur et l’humanité alors go to Ukraine.

Chez les femmes, je crois,  on retrouve tous les contrastes de leur pays, la chaleur et le froid, une apparente timidité mais aussi à l’opposé une  forte personnalité.  Mais une chose est sure:  l’amour de la vérité !
Etre soi même, généreux spontané et vrai, voilà la clé pour entrer en contact avec l’Ukraine et son peuple.

Philippe

We on TV